Infernolands? – a Dreamworld Exhibition in Paris

En 1904, à Coney Island, dans le sud de l’Etat de New York, une ville fut montée de toutes pièces pour que de nouveaux types de citadins puissent partager le même rêve : Dreamland. Cette ville était en fait un parc d’attraction sur le modèle de ceux qui étaient jusque-là logés au sein des Expositions universelles. On y entrait sous une coque de bateau, comme si le monde secret immergé qu’on pénétrait alors était un iceberg d’inconscient collectif.

D’après Rem Koolhas, architecte hollandais décoré du prix Pritzker et concepteur de l’ambassade de Hollande à Berlin, cette ville onirique destinée à l’amusement de masse était la matrice de l’architecture new-yorkaise (Delirious New-York, 1978). Les commissaires de l’exposition Dreamlands qui a lieu du 5 mai au 9 août 2010, Didier Ottinger et Quentin Bajac, suivent cette hypothèse (contestable) pour faire une sorte de généalogie du parc d’attraction au sein des villes modernes, que l’on suit au gré de l’exposition.

On commence donc par une brève allusion à l’Exposition universelle de Paris qui, en 1889, signerait le passage de la pédagogie au jeu (mais le Crystal Palace de 1851 n’appartenait-il pas déjà au monde du merveilleux ?).

L’exposition se poursuit par le « rêve de Vénus » de Salvador Dali qui, cinq ans après avoir été exclu du groupe surréaliste à cause de son ambiguïté politique et son refus de dénoncer le fascisme (ce qui n’est pas dans l’exposition), crée pour la Foire internationale de New-York en 1939 un pavillon débordant d’un onirisme érotique bercé d’un sentiment océanique.

Vient ensuite le Fun Palace des années 1960, « laboratoire du plaisir » de Joan Littlewood et de Cedric Price. Puis une présentation stroboscopique de Las Vegas qui alterne succession épileptique de panneaux lumineux et slogans théoriques au rythme des machines à sous.

Déjà se pose la question : monde onirique ou infernal ?

L’esthétique du collage propre au Las Vegas des années 1990 présentée ensuite, avec sa tour Eiffel et ses pyramides, vaudrait pour la « fascination » qu’elle exerce sur nombre d’artistes. Mais l’ironie mordante des photographies de Martin Parr se réduit-elle à sa « fascination » ?

Manhattan dans la version de Koolhas évoque son rapprochement avec Coney Island, mais l’iconographie mise en scène ici (dont le livre sur piédestal !) n’est pas beaucoup plus convaincante que la thèse.

Les parcs miniatures disséminés à travers le monde permettent à certains artistes de prendre une distance humoristique avec le tourisme culturel : quelle différence entre se faire prendre en photo devant la tour Eiffel de Paris ou celle de la banlieue de Shenzhen ? C’est, peut-être, la meilleure partie de l’exposition, en ce qu’elle met en scène les fantasmagories du tourisme culturel (les nouvelles fantasmagories, d’après nous) en leur faisant un pied de nez.

C’est à ce moment-là (un peu tard ?) que les commissaires ont la bonne idée de citer Walter Benjamin. Et non pas pour véhiculer (ouf !) une énième fois l’image d’Epinal d’un flâneur mélancolique fasciné par les images de rêves dispersées dans la ville moderne, mais pour évoquer son concept de fantasmagorie en rapport avec le fétichisme. La fantasmagorie s’élève donc sur l’inversion du sujet et de l’objet, de l’homme et de la marchandise. Les rêves se font au profit de la marchandise ; c’est la marchandise qui rêve, et qui diffuse son rêve aux hommes transformés en objets, en spectateurs passifs.

Hélas, cette ouverture critique sera peu à peu ensevelie par le rythme infernal des fantasmagories – on ne verra pas l’envers du décor d’Hollywood, d’Epcot (le prototype expérimental d’une cité du futur rêvée par Walt Disney), de Future World (reprise du même projet sous forme d’un parc à thème technophile), de Celebration (ville de Disney corporation), de Dubaï ou de Shanghai – autant d’exemples pourtant passionnants de nouveaux types de fantasmagories, qui auraient pu être rapportés – ne serait-ce qu’iconographiquement – au concept de Walter Benjamin.

La Chine aurait été particulièrement intéressante en ce qu’elle concentre les mouvements sociaux (dont témoigne la récente grève des ouvriers de Honda à Shenzhen, indépendante du syndicat unique) et les fantasmagories urbaines les plus exemplaires d’aujourd’hui évoquées dans l’exposition : Taiwushi, ou Thames Town, reproduit les stéréotypes architecturaux des villes « traditionnelles » anglaises ; Luodian ceux des villes suédoises ; et Anting New Town ceux de la ville germanique.

Ainsi, si cette exposition novatrice a la grande vertu d’exhumer nombre de matériaux fantasmagoriques, la généalogie qu’elle en propose laisse encore, elle, à désirer.

Marc Berdet, Berlin, 21 juin 2010


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search