Expérience et savoir dans notre temps

Être les spectateurs de conflits au travers d’une actualité dont la valeur historique apparaît douteuse.

Avoir tous les jours une quantité immense d’informations, sans en tirer aucune sagesse.

Faire son opinion des luttes contemporaines qui se présentent par le scénario journalistique de notre temps, sans y être engagé.

Se former une idée de la réalité par les media, sans incorporer aucun changement dans nos modes de vie.

Est-ce que ce sont là les paroles qu’on aura à transmettre aux générations suivantes ?  Est-ce proprement la limite du savoir de notre époque ?

On pourrait formaliser de plusieurs façons la déconnexion entre l’information d’une réalité et des savoirs capables d’opérer des changements dans notre mode d’habiter la planète. Il restera toujours que la question ne devrait pas se poser sur l’existence d’un savoir, mais sur le lieu de l’expérience qui en est sa véritable source.

La question de l’expérience (Erfahrung) dans son rapport au savoir réside dans la tâche annoncée par W.Benjamin dans Sur le programme de la philosophie qui vient (1917-1918). Cette question a des correspondances directes avec son essai Sur le langage en général et le langage humain (1916), et notamment avec Expérience et pauvreté (1933). Et si notre mission était celle d’un historien des idées, on ne devrait pas manquer de citer Sur quelques thèmes baudelairiens (1939) à propos de l’expérience de la vie urbaine dans la modernité.

Mais il nous intéresse plutôt de chercher si Benjamin nous donne des indications, propre à lui, pour une telle expérience : est-ce qu’il y a chez Benjamin une Erfahrung qui se transmet, tel qu’il l’a dit, « des anciens aux plus jeunes » ? A ne pas en douter, c’est là la valeur d’un texte comme Sens Unique.  L’expérience y surgit d’une activité faite dans sa propre discipline, dans la répétition d’un geste créateur, dans l’écoute attentive de son corps ou de sa mémoire d’enfance, dans la lecture des signes ésotériques, dans les visions de rêves. « Objets de Chine » ou « Défense d’afficher », par exemple, sont de véritables héritages de sagesse (comparables au Ecce Homo de Nietzsche) pour ceux qui s’embarquent, avec une vocation réflexive, dans la vie philosophique de la lecture et de l’écriture.

Cette perspective des expériences physiques et métaphysiques chez Benjamin, pourrait nous procurer l’accès à des savoirs actuels et réels. Dans le fond, la connexion des savoirs de l’expérience revient à une suspension de la décision de nos problèmes contemporaines (conflits, maladies, guerres, crises économiques) par la loi de l’opinion, manipulée dans l’écoulement quotidien des représentations journalistiques.

Carlos Pérez López

Paris, le 10 mai 2010


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search