Actualité des grèves des travailleurs au Chili.

Qu’y a-t-il en commun entre la grève des mineurs du cuivre de janvier 2010 et la grève des travailleurs du salpêtre de 1907 ?

Rien d’autre que la présence du minerai comme source de richesse.

Le cuivre représente aujourd’hui 35% des exportations chiliennes. Les variations de son prix se répercutent directement sur le budget du pays. La dernière grève des mineurs, faite une semaine avant le ballottage présidentiel qui vit le gouvernement passer à droite pour la première fois après la dictature et ayant comme résultat le remaniement des contrats et des salaires, a coûté 8 millions de dollars par jour.

Par ailleurs, il y a un siècle, le salpêtre, dont la région d’exploitation a été conquise par le Chili pendant la « Guerre du Pacifique » à la fin du XIXe siècle, était entre les mains des capitalistes étrangers, anglais pour la plupart. Une réclamation de l’ambassadeur du roi Edouard VII, préoccupé par les mouvements sociaux dans cette zone, alerta l’Etat parlementaire chilien qui ne tarda pas à réagir. Les pertes estimées après la grève générale des travailleurs de 1907 n’étaient alors pas économiques, mais humaines. Le tristement célèbre « Massacre des mineurs de Santa-Maria de Iquique» coûta la vie à 3600 personnes.

Selon W.Benjamin (Critique de la violence, 1921), le grand mérite de G.Sorel (Réflexions sur la violence, 1908) repose précisément sur la distinction entre deux types de grèves : prolétarienne et politique.

La grève générale prolétarienne (à potentiel révolutionnaire), en tant que moyen pur, s’affirme comme un mode de vie organisé par les propres travailleurs, résultat d’une rencontre collective dans une situation d’adversité provoquée par la misère.

Enlevez la vie en commun du mouvement social, enlevez les réunions culturelles et artistiques, enlevez les publications des journaux, enlevez les idéaux de révolution et d’émancipation : il vous restera la caisse de travailleurs, les réunions syndicales, des tendances politiques, des stratégies de négociation avec l’Etat et les chefs d’entreprises, la rationalisation des méthodes de pression ou d’extorsion. C’est la définition de la grève politique spécifiée par G.Sorel, base de l’octroi du droit de grève selon W.Benjamin. Il s’agit, sauf exception, de la grève des travailleurs au début du XXIe siècle au Chili.

Carlos Pérez López

Paris, mars 2010


3 Responses

  1. Marc Berdet says:

    Mais pourquoi : “sauf exception” ? La grève au Chili n’est “qu'” une grève politique ?

    Une question que je me pose, du coup : la grève politique est-elle un préalable à la grève prolétarienne ?

    Ne faudrait-il pas, au passage, dire qu’elle est un moyen en vue d’une fin ?

    • Carlos Pérez López says:

      La grève politique est, d’après ce que je comprends, une rationalisation de la grève et l’abstraction de son potentiel révolutionnaire. Où est-il ce potentiel? Dans le fait de la rupture, dans la cessation, dans l’impossibilité de continuer un travail ou une activité dans des conditions oppressantes. Ceci serait anarchiste, du moment où il n’y a pas de principes auquel on puisse subordonner cette action. Sa décision vient de son action, bien avant que de son éventuel droit. Ceci se donne autrement que les cas de grèves politiques, qui répondent au cadre fixé par la loi, et s’assimilent à la structure dicté par celle-ci: précisément, tel que tu l’indiques, comme un moyen en vue d’une fin.

      Quant au “sauf exception”: il s’agit d’une grève d’étudiants secondaires, des lycéens, dans l’année 2009 (connu sous le nom de “grève des pingouins”), qui ont poussé de son propre initiative massive vers une grève générale d’étudiants et professeurs au Chili. Tous les cadres de la loi y étaient dépassés. D’emblée, il s’agissait dans la plupart de jeunes gens de moins de 18 ans. C’était le cas où Benjamin critiquait le point de vue du pouvoir, que “le droit de grève n’est pas compris de cette façon “, procédant à une interprétation de la loi pour sauver l’ordre de droit. La grève a été finalement éteinte, pourtant elle a montré très clairement le réveil inattendu d’une conscience collective.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.