Publication : Fantasmagories du capital

Marc Berdet, Fantasmagories du capital. L’invention de la ville-marchandise, Paris, La Découverte (coll. Zones), 2013.


Quel rapport entre les spectres d’un couvent parisien, des héroïnes séquestrées dans des châteaux gothiques et les flâneurs des passages couverts de Paris ? Quel point commun entre les visiteurs des Expositions universelles, les joueurs captivés par les néons de Las Vegas et les badauds fascinés par les shopping malls ? Tous sont pris dans des lieux clos saturés d’imaginaire, des « rêvoirs » collectifs, des fantasmagories.

Depuis près de trois siècles, le capital façonne des environnements oniriques qui, en refoulant leur origine économique, ordonnent les plaisirs individuels et collectifs sur fond de règne de la marchandise. L’histoire de l’espace urbain est en ce sens aussi celle d’une mobilisation toujours plus structurée de nos désirs intimes par l’architecture, et cela jusqu’à l’architecture dite « postmoderne ».

Dans le sillage des écrits de Walter Benjamin sur le Paris du XIXe siècle, cet essai arpente l’histoire d’espaces urbains envahis par l’imaginaire capitaliste. Dans ce récit à la fois politique et esthétique de la production de l’espace, le lecteur explore tour à tour les passages parisiens, les premiers grands magasins, les Expositions universelles, le Paris d’Haussmann, les parcs à thème (Disneyland), les shopping mall (le Mall of America) et le strip de Las Vegas.

Ces espaces emblématiques forment autant de strates fantasmagoriques caractéristiques de leur époque. Ce sont des rébus qui amalgament des éléments de la réalité extérieure, l’intérêt d’une classe dominante et l’inconscient de toutes les classes, figurant ainsi une utopie sociale dont la réalisation demeure cependant perpétuellement ajournée par leur fonction marchande. En essayant de déchiffrer ces espaces comme on interprète un rêve, en superposant leur genèse réelle et leurs oppositions mythiques, ce livre tente de dégager l’éclat de l’utopie de la gangue qui l’enferme. Car la fantasmagorie contient, en son sein, les éléments de sa propre négation. Le grand récit de la marchandisation de la ville a aussi ses anti-héros, qui se nomment Maximilien de Robespierre, Charles Fourier, Karl Marx, Auguste Blanqui, André Breton, Serguei Eisenstein, Walter Gropius ou Ken Kesey…

Marc Berdet est sociologue, spécialiste de Walter Benjamin. Il est chercheur à l’université de Postdam et anime le réseau de recherche anthropological materialism.

 

 

 


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *